162 Page 166 Le Comte de MonteCristo, Tome II presque toujours dépensés à l'avance . mais n'importe . il restera toujours bien une cinquantaine de mille francs à mettre à cela. Et quand vous saurez qui il est, vous me le direz . Je vous le promets. Au revoir, Albert . messieurs, votre très humble. sacs longchamp » Et, en sortant, Debray cria très haut dans l'antichambre : «Faites avancer . Bon, dit Beauchamp à Albert, je n'irai pas à la Chambre, mais j'ai à offrir à mes lecteurs mieux qu'un discours de M. Danglars. De grâce, Beauchamp, dit Morcerf, pas un mot, je vous en supplie . ne m'ôtez pas le mérite de le présenter et de l'expliquer : N'estce pas qu'il est curieux . Il est mieux que cela, répondit ChâteauRenaud, et c'est vraiment un des hommes les plus extraordinaires que j'aie vus de ma vie. Venezvous, Morrel . sac longchamp pliage pas cher, Le temps de donner ma carte à M. le comte, qui veut bien me promettre de venir nous faire une petite visite, rue Meslay, 14. Soyez sûr que je n'y manquerai pas, monsieur», dit en s'inclinant le comte. Et Maximilien Morrel sortit avec le baron de ChâteauRenaud, laissant MonteCristo seul avec Morcerf. XL. Le déjeuner. 163 Page 167 XLI.